Please reload

Posts récents

CLERMONT - MOUSTIER A : 1-1

01.12.2016

«Ce fut un match d'homme. C'est du foot, pas un jeu de pucelle » résuma avec délicatesse le coach de Clermont Freddy Coppée à l'issue de la rencontre. Le match opposant le leader actuel de sa série et le quatrième fut une partie très disputée, physique mais correcte.

 

Dans ce match à enjeu, chaque équipe avait l'occasion de réaliser une belle opération. Pour Moustier, une victoire et les "Zèbres" conservent leur avance de quatre points et peuvent même prendre le large en cas de défaite de leurs poursuivants. Pour Clermont, l'objectif principal est de recoller au trio de tête juste avant la trêve pour espérer accrocher le tour final.

 

La rencontre a lieu dans des conditions particulières. Clermont dispose d'un terrain qui présente une caractéristique inhabituelle dans la région : il est tout pourri. Sous la forme d'une pente vallonnée, le terrain offre les meilleures conditions de jeu possible. Enfin, un gazon très vert cache une terre grasse ô combien idéale pour les appuis.

 

 Le terrain de Clermont, un coin de paradis pour les footballeurs.

 

Des conditions de jeu qui ne semblent pas perturber les joueurs de Moustier. Dans leur vestiaire, ils sont concentrés. Sous pression ? «Que neni, nous contredit en s’esclaffant Fabian Zimmer, le Raymond Goethals sambrien. La pression on ne la subit pas, on la boit ket.» Fier de sa saillie, il cherche un sourire complice chez le premier joueur dont il croisera le regard, le menton légèrement relevé et n'attendant qu'une chose : pouvoir l'apostropher par son classique «C'est pas vrai ? J'ai pas raison ? ».

 

Composition

 

Plusieurs changements sont à noter dans cette équipe de Moustier.

 

Entre les perches, le titulaire habituel M. Pavone a préféré assister à l'écrasante défaite de Marseille face à l'AS Monaco (4-0). C'est donc G. Arena qui se voit confier la responsabilité de garder les cages des noirs et blancs inviolées. 

 

Toujours suspendu, F. Pollet laisse sa place au jeune R. Lambert qui est étonnamment en forme. «Je n'ai pas dû prendre de douche pour me réveiller aujourd'hui, nous explique celui qu'on surnomme "PM". Juste le petit vomi traditionnel pour évacuer les litres de bières avalés la semaine mais sinon rien à signaler ». On est rassuré.

 

Enfin, O. Tasseroul fête sa première titularisation sur l'aile droite de l'attaque zébrée. "Il remplace Jeannette (G. Devillers ndlr.) qui a préféré soigner son teint sous le soleil espagnol", tonne le coach moustiérois. 

 

Sur le banc : J. Van Roy aka la boule montée sur un V8 et le capitaine J. Bouquiaux, de retour de blessure. Fragile.

 

1ère mi-temps : une domination verte

 

Après un bref round d'observation, Clermont prend la main et domine les "Zèbres". Venu pour imposer son jeu, Moustier a du mal à sortir, cédant sous la justesse technique du trio d'attaque vert. Résultat : de nombreux corners concédés mais peu d'occasions franches, pour le bonheur des visiteurs. Les moustièrois tiennent le coup et donnent de leur personne pour dégager les ballons dangereux à l'instar du pilier défensif zébré F. Delvigne, retrouvé sonné après un énième coup de coin et qualifié de "Femmelette !" par un joueur adverse. 

 

Malgré cette domination, le REFCM n'est pas en reste. S'appuyant sur les courses du fraîchement titulaire O. Tasseroul et sur la puissance physique du pivot L. Roquiny, Moustier lance l'offensive. Les "Zèbres" enchaînent quelques bonnes phases de jeu mais butent au dernier moment sur un bloc clermontois bien organisé.

 

Sur le terrain, plusieurs joueurs n'arrivent pas à développer leur jeu. F-X. Biot, d'habitude souverain dans le milieu, ne prend pas le dessus sur son homme. « Je ne me sentais pas dans mon assiette, dira-t-il après le match. Juste avant l'échauffement, j'ai lâché une énorme taupe dans les w-c ». « Sûrement un vestige de sa soirée » nous soufflera plus tard un M. Chemlal encore choqué par l'odeur.  

 

Comme à l'aller, le match est disputé. Un défenseur de Clermont en garde d'ailleurs des séquelles. Une longue balafre surmonte l'oeil de S. Vanderstraeten, témoin d'une arcade sourcilière soigneusement pétée par l'attaquant noir et blanc L. Roquiny.

 

 

 

45ème minute : la pause

 

Dans le vestiaire moustièrois, la grogne monte sur l'état du terrain.« La balle ne décolle pas », peste M. Kaye, « impossible de tirer », rajoute M. Chemlal. «Restons concentrés, tempère le coach. Pour l'instant nous avons toujours un bon point. On garde le cap et on joue notre jeu ». Aucun changement n'est réalisé durant la pause.

 

2ème mi-temps : les esprits s'échauffent

 

La deuxième mi-temps sera encore plus disputée que la première. Clermont met tout de suite la pression comme en début de match et inscrit le 1-0 à la 47ème minutes de jeu sur une longue frappe flottante de M. De Beukelaer dans la lucarne opposée. Un but mérité vu leur bonne entame de match. 

 

Moustier ne se laisse cependant pas abattre et répond dans la foulée grâce à O. Tasseroul. À la 55ème minute, le Usain Bolt de la Basse Sambre récupère au deuxième poteau un centre tir à ras de terre de M. Kaye. 1-1, le match est relancé.


À la 60ème, le coach visiteur décide de jouer son atout. J. Van Roy remplace L. Roquiny pour amener de la vitesse à la pointe de l'attaque. Auteur de 11 buts depuis le début de saison, la boule est la nouvelle cible à abattre pour les défenseurs de la série. Aussitôt rentré, aussitôt fauché, Flash remporte néanmoins ses duels et se procure quelques occasions.

 

La fin de match est électrique et en faveur des visiteurs. Pendant que les "Zèbres" augmentent la pression, les "Verts" beuglent sur chaque coup de sifflet de l'arbitre. Les tacles sont appuyés, les contacts sont secs. Les coachs motivent leur troupe. Mais Moustier ne parvient pas à prendre le dessus. Dans les dernières secondes, Clermont arrive à inverser la tendance et obtient deux corners.  Ils ne les concrétiseront pas.

 

90ème minute, fin de la rencontre.

 

3ème mi-temps : à la bière comme à la bière

 

Le résultat satisfaisant pour tout le monde, les esprits se détendent. Alors que le traditionnel casier de bière est apportée aux deux équipes, les joueurs se retrouvent tous ensemble à l'extérieur pour refaire le match et les coachs se font des papouilles (« vous êtes la meilleure équipe rencontrée », « oh vous aussi vous savez »). Nous ne les reverrons plus après le match. L'ambiance est tellement joyeuse que même Y. Chemlal et A. Duyck échangeront un sourire timide. Ce dernier avouera à son équipe un peu plus tard qu'il est quand même content d'être avec eux même si c'est tous des "brêles" (sic).

 

Le REFCM est encore leader de sa série.

COME ON MOUSTIER !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload