Please reload

Posts récents

MOUSTIER A - WALCOURT B : 5-0

13.11.2016

Dimanche 13 novembre – 13h30, alors que l’équipe se prépare, un homme est toujours porté disparu... Duyck, que l’on attendait aux alentours de 13h15, est aux abonnés absents. « Soit, avec ou sans lui, nous devrons le jouer ce match les gars. On se concentre, on oublie tout et on verra bien si Monsieur décide de venir ! » déclare Fabian Zimmer, l’entraineur des moustiérois excédé par les retards de son joueur. Du côté walcourien, le son de cloche est tout autre : « On a analysé l’adversaire grâce à BBF là et c’est clair qu’une absence de Duyck nous serait bénéfique ! », se réjouit le joueur-entraineur Etienne Dubois. A noter également du côté moustiérois, le glissement de capitanat de Biot à Kaye juste avant le début de match. « Le coach a décidé de me retirer le brassard de capitaine sans aucune explication alors que je n’avais pas démérité la semaine passée. Je suis vraiment déçu! Cette épisode ne fait que conforter mon envie de changement en vue de la saison prochaine », s’exclame Biot, visiblement déçu par l’atitude de son entraineur.

 

14h30 : Duyck étant arrivé, l’arbitre du jour peut enfin donner le coup d’envoi de cette rencontre. « J’avoue que j’arrive très souvent juste avant le début de la rencontre. Par contre, je ne pense pas profiter de mon statut de star de l’équipe comme certains le prétendent. En réalité, je suis contraint de venir à pied depuis que ma voiture a brûlé », conte, penaud, Arnaud Duyck.

 

Du côté de la rencontre, car c’est cela qui nous intéresse prioritairement, les zèbres couchaient un onze sans grande surprise. Le 4 – 1 – 3 – 2 était reconduit par le coach Zimmer : « comme je le dis souvent, on ne change pas une équipe qui gagne. Le système actuel permet à Biot d’évoluer en sentinelle devant la défense. C’est sans doute l’un de mes meilleurs joueurs et je trouve qu’il a retrouvé la pleine possession de ses moyens en évoluant un cran plus bas ».

 

Dès l’entame de match, les points faibles de Walcourt transparaissaient. C’est donc naturellement que Moustier prenait l’avantage via Kaye (1-0, 8e) sur une déviation lumineuse de Roquiny. Et pourtant, une fois le but marqué, les zèbres laissaient entière possession à une équipe de Walcourt qui se sentait pousser des ailes. Dominés, presque sanctionnés, les joueurs locaux devaient impérativement redresser la barre sous peine de perdre des plumes contre une équipe plus qu’abordable. « C’était vraiment une excellente première mi-temps de notre part. Il y avait de tout : solidité défensive, déploiement tactique et efficacité offensive », analysait Devillers. « Ohohohoh c’était mauvais! On était vraiment nulle part. Et le pire de tout, c’est que je l’avais dit! On a l’équipe pour jouer en 3 – 5 – 2 et pas autrement. », exhorte le brabançon Zimmer avant que M. Chemlal n’en profite pour marquer son envie de joueur au back.

 

À la reprise, Van Roy montait en lieu et place de Roquiny. Choix payant puisqu’après 7 minutes, Kaye (2-0, 52e) doublait la mise. Désormais lancé, le rouleau compresseur noir et blanc allait tout écraser sur son passage. Van Roy (3-0, 55e), sur un effort individuel, trompait le gardien adverse. A la 59e, Delvigne marquait son premier but de la saison sur un pénalty provoqué par l’inévitable Van Roy, décidément très en vue ce dimanche. « Franchement, je pense que ce pénalty, c’est 90% grâce à moi, 9% grâce à Delvigne et 1% grâce au coach parce que c’est lui qui l’a désigné… », nous explique le Georges Leenkens de Moustier, John Van Roy. Suite et fin de la sombre après-midi des bleus, le goal de…Van Roy qui scellait le score à la 66e. « C’est la troisième fois que le coach me fait monter à la pause. Mon rôle de pur joker me correspond apparemment bien ! », relate Van Roy. « Comment peut-on être déçu de ses choix lorsque le résultat est tel. A chaque fois, John (ndlr : Van Roy) fait mal dès sa montée au jeu. », indique Le Zim.

 

À noter également l’excellente prestation de Kaye, auteur d’un doublé pour son retour de blessure : « Je suis très fier de mon match et d’avoir pu porter le brassard. Je pense avoir été bon. Malgré mon grand âge, je pense encore tenir la route en P4 ». Polet est également à targuer d’une excellente partie. « Je suis content de mon match. Mais, tout ça, c’est grâce au soutien du coach et à celui de mes coéquipiers qui n’ont cessé de croire en moi depuis mon arrivée. Il était temps que je me donne à fond en match », reconnait Polet.

 

Côté statistiques, le REFCM impressionne. Seulement 8 buts encaissés, dont 5 contre le seul Philippeville, et 39 buts marqués. Résultat des courses, Moustier caracole désormais en tête de la série E avec trois unités d’avance sur ses poursuivants.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload